lundi 6 décembre 2021
Se Connecter à votre compte

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

    Si vous etes déjà abonné sur notre site et vous n'arrivez pas à vous connecter, contacter nous !

Ciment et pathologies professionnelles Spécial

La production du ciment et son utilisation ne sont pas sans risques pour la santé des ouvriers et des ingénieurs. Elles sont à l’origine de plusieurs maladies professionnelles souvent négligées et dont l’impact est très important à la fois sur l’intégrité physique du travailleur, mais aussi sur sa stabilité économique et sociale. Les cimentiers s’organisent pour en diminuer l’impact et la promotion du BPE devrait réduire les risques.  

Dans le secteur du BTP, nombreux sont les personnes exposées au ciment. En effet, tout au long du processus par lequel passe le ciment (fabrication, transport et utilisation), il y a une centaine de personnes qui y seraient exposées. Au total, le ciment est utilisé dans plus d’une trentaine de métiers (maçon, projecteur de béton, couvreur, carreleur, plombier, électricien ...). Les effets toxiques du ciment sont connus depuis bien longtemps. Il s’agit, en premier lieu, d’un irritant caustique, par la présence de la chaux ainsi que des oxydes basiques de sodium et de potassium. De plus, le ciment un abrasif en raison de sa granulométrie). EN ajoutant à cela le fait qu’il est un sensibilisant et allergique, par la présence des impuretés, en particulier le chrome, le nickel et le cobalt. Les pathologies professionnelles qui résultent d’une exposition au ciment sont ainsi néfastes et multiples. Elles concernent en premier degré la peau et les yeux. Les poumons, les voies respiratoires et le tractus digestif sont moins fréquemment atteints. 

Les maladies qu’il peut engendrer dépendent de la forme du ciment. La forme sèche constitue un risque pour les voies aériennes et les yeux, contrairement à la forme humide qui serait responsable des atteintes cutanées. 

 

Ciment et peau

Les défenses naturelles de la peau sont rapidement débordées par l’action caustique du ciment. L’atteinte cutanée est due à la fois aux propriétés chimiques du produit et aux agressions physiques dues à la nature du travail. Elle s’exprimera par la disparition des empreintes digitales, l’irritation des pulpes des doigts, le desséchement ou la fissuration de la pomme des mains. Cette atteinte est souvent aggravée par les conditions climatiques (froid, sudation en été ...), par la manipulation de parpaings et par l’utilisation des produits chimiques tels que l’huile de décoffrage, ainsi que par la chaleur dégagée lors du mélange eau-ciment. Tous ces facteurs sont responsables de la fragilisation de la peau, ce qui rend l’effet du ciment encore plus agressif. 

L’atteinte cutanée irritative est la première dermatite de contact chez les employés de la construction. Elle ressemble à une brûlure de la peau qui rentre en contact du ciment, essentiellement au niveau des doigts et des mains. La peau devient rouge et luisante, puis donne lieur à un œdème. Des vésicules peuvent éventuellement se rompre. Des fissures douloureuses peuvent apparaitre sur la peau endurcie par une longue exposition. D’autres zones de contact peuvent être atteintes comme les coudes, les genoux et les cuisses. 

L’atteinte cutanée allergique est un eczéma favorisé par les dermites d’irritation. Il provoque des démangeaisons souvent douloureuses appelées « gale du ciment ».

C’est le chrome 6, hexavalent, qui est l’allergène le plus fréquemment incriminé. Il est présent essentiellement dans les matières premières à titre d’impureté. Cependant, le seuil de chrome responsable d’une sensibilisation reste inconnu. L’eau semble avoir un rôle important dans la libération du chrome 6, car le ciment sec est moins sensibilisant, d’où le faible nombre d’eczéma dans les cimentiers. Le cobalt est également co-incriminé avec le chrome. C’est un co-allergène mais, il n’est jamais seul responsable d’une sensibilisation.

Cette atteinte connait des poussées même après cessation d’exposition au contact d’autres produits contenants du chrome. Une fois installée, la maladie va évoluer de façon autonome. Actuellement, la prévalence de l’allergie due au ciment a nettement baissé avec l’introduction du sulfate de fer qui a pour propriété de diminuer le risque de sensibilisation au chrome 6. L’atteinte cutanée infectieuse est dominée par les pyodermites et les surinfections des lésions cutanées existantes.

 

Ciment et oeil 

L’atteinte oculaire due au ciment se manifeste principalement sous forme de conjonctivites allergiques ou irritatives. Certaines atteintes peuvent être plus graves, comme les blépharoconioses (atteinte des follicules pileux des cils par la poussières), de brûlures caustiques accidentelles par projection du ciment. Elle nécessitent un lavage immédiat de l’oeil à l’eau courante pendant 15 minutes et le transport urgent du travailleur, dans tous les cas, chez l’ophtalmologiste.

 

Ciment et poumon 

L’atteinte respiratoire est dominée par les poussières de ciment qui peuvent s’accumuler au niveau des voies aérienne et entrainer des symptômes respiratoires chroniques tels que toux, syndrome obstructif ... L’asthme et les pneumoconioses dus au ciment sont des cas rares, mais il faut rester prudent car les ciments contiennent des particules très fines qui vont atteindre les alvéoles, la partie la plus profonde du poumon. 

 

Ciment et nez 

On peut observer dans certain cas d’exposition au ciment des rhinites vestibulaire dues au grattages des narines avec les mains souillées ou à l’accumulation locale des particules inhalées ce qui entraîne un risque de surinfection ou de rhino lithiase (corps étranger dans les fosses nasales).

 

Ciment et cancer

Il ne semble pas exister de risque de cancer broncho-pulmonaires. Cependant, pour les cancers digestifs, le risque est faible et semble concerner les cancers colorectaux. Statistiquement, il y a une augmentation significative de risque chez les maçons, par rapport à la population générale.

C’est le chrome hexavalent qui serait cancérogène pour l’homme. Pour le Centre International de la Recherche sur le Cancer, le chrome 6 est classé cancérogène pour l’homme (Groupe 1). Pour l’Union Européenne, il est classé en 2ème catégorie, comme substance devant être assimilée à une substance cancérogène pour l’homme. Cependant, en raison de l’existence de co-exposition à la silice et à l’amiante, il est difficile de conclure quant au rôle étiologique exclusif des poussières de ciment.

 

En conclusion, afin d’éviter toute nocivité du ciment, il faut respecter les règles générales de prévention. Il s’agit d’utiliser des procédés générant le moins de poussières possible, isoler les machines productrices de poussières... Dans la forme humide, la prévention repose sur l’éviction du contact direct avec le ciment et les facteurs d’aggravation. 

(A suivre ...)

Source : Recherche appuyée sur un dossier apparu sur Chantiers du Maroc  n° 104

Réalisé par Ahmed SKALI SENHAJI

Ahmed SKALI SENHAJI

Chef de la cellule Médiatisation et Communautés

Connectez-vous pour commenter